Bamao, village shui

par bluesy  -  4 Janvier 2012, 23:00  -  #voyage dans le Guizhou

 

Nous quittons Danzhaï sous un ciel gris mais sans pluie. Pascal, notre guide, (son vrai nom est Wu) dit « S’il ne pleut pas, il fait déjà assez beau ».

Dans le car, Pascal nous chante une chanson d’amour. Le garçon veut enlever le foulard qui couvre le visage de la fille et dit que les sourcils sont comme des croissants de lune, les yeux sont limpides et clairs comme l’eau de la rivière, les joues ressemblent à la pêche et la pomme en automne.

Ce jour-là, nous partons pour la visite de villages shui. Il y a 400 000 Shui dans le Guizhou, et seulement à l’ouest. Ils portent des costumes verts ou blancs, un peu violets pour les femmes. Ils utilisent une écriture ancienne (400 pictogrammes) pratiquée par les chamans. Cela ressemble un peu à l’écriture des Naxis. On appelle les Shui « peuple de l’eau » (« shui » veut dire « eau »

Le long de la route, défile un paysage de collines et de rizières, ponctué de meules de paille de riz. Sur les deux premières photos du diapo, si vous regardez bien, vous apercevrez des taches blanches : ce sont des tombes (les gens ont le droit d’être enterrés dans les champs, selon les règles du feng shui bien sûr)

Nous faisons un premier arrêt pour monter un escalier taillé dans la colline. De la-haut, nous avons une très belle vue sur les rizières.

De grands travaux sont entrepris dans cette région, voie ferrée pour le TGV qui reliera Canton à Guiyang et autoroute déjà en partie construite.

A l’entrée du village de Bamao, un homme porte un bébé sur son dos : remarquez la richesse des coloris de la broderie !

Une jeune femme bêche le champ, portant son bébé endormi sur son dos.

Nous entrons dans le village de Bamao. Nous demandons son âge à une vieille dame mais elle ne sait pas quand elle est née. Dans le village, se trouve une tombe. Nous pénétrons dans une maison. Des bandes parallèles (au-dessus, le nom des grands-parents, de chaque côté, les ancêtres) et un dieu des portes sont collés sur la porte. Par respect pour les gens qui vivent dans la maison, je ne mets pas de photos, c’est quand même l’intimité des gens. Mais l’intérieur est très pauvre : le foyer à même le sol avec un wok dessus, un berceau au-dessus du lit des parents, un grand chaudron avec un foyer dessous (peut-être pour faire la vaisselle ?). La fumée sort à travers les tuiles du toit.

Ce n’est pas le village le plus pauvre de la région. Les gens sont riches au cœur, pas comme dans les villes, nous dit Pascal. Ils vivent en communauté et s’entraident.

 

Lizagrèce 07/01/2012 13:27


Merci pour ce beau voyage dans un pays où je n'ai été qu'une fois et dans lequel j'aimerai revenir.


Tous ems voeux pour cette nouvelle année


http://maisondeliza.over-blog.fr

bluesy 07/01/2012 20:41



c'est un peu loin mais c'est si beau !



annie 05/01/2012 21:21


si l'amitié qu'ils partagent est aussi belle que la broderie ! ils doivent être heureux ! eh oui nous nous dispersons, chacun dans son bonheur ou malheur .. et on pense partager avec internet !
mais ça correspond à notre mode de vie, n'empêche, on ne serait pas en train de passer à côté de quelque chose ? 

nadette 05/01/2012 20:47


je suis en retard , pas trop la grande forme....


c'est super de partager les photos avec nous.... le bébé dort bien en tou cas!


il est vrai que comme au mexique certains endroits on ne prend pas de photos c'est perso....


bonne soirée


nadette

bluesy 05/01/2012 21:16



les gens voulaient bien qu'on prenne des photos (mais pas du lit) mais je les garde pour moi, ça fait partie de l'intimité des gens, je n'aimerais pas que l'intérieur de ma maison circule sur le
net sans mon accord



PIROSHKA 05/01/2012 09:19


Merci ! C'est passionnant ,vous savez voir les choses !

bluesy 05/01/2012 21:16



c'est gentil de dire cela !



Danaou 05/01/2012 07:57


beaucoup de quiétude se dégage de tes photos .


J'ai reçu hier la belle carte d'Annie !


Bizzzes de l'Abeille du Jardinoux qui va la remercier.


Danaou

bluesy 05/01/2012 08:32



super !