Cataplasme et sinapisme

par bluesy  -  13 Février 2010, 23:02  -  #divers

Aujourd'hui, je pensais aux catapalasmes et sinaplismes que maman m'appliquait sur la poitrine, il y a plus de 50 ans... Qui se souvient de la peau qui devenait toute rouge, de l'odeur, de la chaleur... ça grattait ! Le cataplasme se faisait à la farine de lin que maman malaxait en pâte qu'elle faisait cuire . Elle enveloppait le mélange dans une serviette. Le sinapisme, c'était à la farine de moutarde et ça piquait le nez. Il me semble que maman achetait des bandes de sinapisme qu'elle découpait à la dimension voulue et qu'elle mettait à tremper dans l'eau chaude pour le rendre opérationnel. Et puis hop sur la poitrine et le dos ... et au lit...
Et les ventouses, vous en souvenez-vous ? on ne m'en a jamais posé mais je me souviens de celles que maman mettait à mon père : elle introduisait à l'intérieur de la ventouse une mèche imbibée d'alcool à brûler et enflammée . Le vide se faisait et la peau se soulevait. Plus tard, j'ai lu "L'assommoir" et je me souviens de la crise de délirium tremens de Coupeau alors qu'il avait le dos plein de ventouses.
Je n'utilise plus de sinapisme ... et vous ?

MamLéa 22/12/2010 18:27



Haaaaaaaaaaaaa ! les cataplasmes et les Rigollot ! Le souvenir m'en cuit encore..


Je suis née en 48... je les ai supporté jusqu'à un salutaire séjour en aérium, puis un déménagement à la campagne.


(J'ai trouvé ce blog par hasard, en cherchant l'orthographe des fameux "Rigollot" ! Sympa !)



annie 05/03/2010 22:36


Ouh là tu nous ramènes quelques années en arrière ! oui j'ai connu ces pots de yaourts en verre que l'on faisait chauffer qe qu'on appliquait direct sur la peau ! l torture, !vive le Vicks qui
embaumait la chambre pdt un mois !  ça + le vermifuge rouge en sirop épais... l'huile de foie de morue.... avec un cachet de calcium Sandoz Forte effervecant..... Le top pour le régime ! de la
journée on pouvait plus rien avaler, moi en tout cas ! lol



Caro-croisezlesfils 27/02/2010 16:54


Je me souviens parfaitement des cataplasmes!
Suis-je si vieille?


bluesy 28/02/2010 10:23


mais non, mais non, on est toujours jeune même à 90 ans .... ! et puis toi, tu es toujours "active" alors moi, je suis en "retraite", retirée du monde , quoi !


mamieclaire 22/02/2010 23:27



Cataplasmes et sinapismes : mon expérience personnelle en réponse à quelques unes de vos questions.


Voilà 60 ans, j’étais une enfant « fragile des bronches », et pour empêcher que les rhumes « me tombent sur la poitrine », ma mère m’appliquait des cataplasmes
sinapisés. Elle vantait leurs propriétés, toute ma famille y avait volontiers recours, notre médecin m’en prescrivait à chaque visite : comment aurais-je pu leur échapper ? Je ne les
aimais guère, mais devant toutes ces preuves indiscutables, j’ai très vite admis qu’ils m'étaient absolument nécessaires.


Ma mère les préparait elle-même en saupoudrant de la farine de moutarde sur une épaisse bouillie tiède de farine de lin qu’elle avait
préalablement étalée sur une mousseline réservée à cet usage. Au début, c’était froid, puis ça picotait, ça démangeait, ça chauffait…. J’avais l’impression que des centaines d’aiguilles brûlantes
me traversaient la peau. A mon appel, ma mère soulevait un coin du cataplasme pour examiner la rougeur de ma peau, l’odeur âcre de la moutarde nous faisait pleurer les yeux, et plouf, le
cataplasme retombait. « Encore un peu, ma chérie, tout va bien », disait-elle pour me rassurer. En fait, il fallait tenir une bonne vingtaine de minutes ! Les dernières, les plus
dures à supporter me paraissaient interminables tant la sensation de brûlure frôlait la limite du supportable.


Jusqu’à l’âge de six ou sept ans, je bénéficiai de cataplasmes « enfant », avec ma mère près de moi pour me rassurer. Mais « à
l’âge de raison », j’eus droit à la version « adultes » plus chargée en moutarde. Et surtout, je dus apprendre à gérer seule la chaleur cuisante qui irradiait mon dos, ma poitrine
et bien souvent les deux. La première fois que j’y arrivai, toute la famille me félicita. J’étais très fière de mon exploit. A treize ans, ma mère m’ayant appris et me faisant confiance, je
me soignais toute seule en préparant moi-même mes cataplasmes, sans jamais tricher sur la moutarde. En général, les symptômes disparaissaient en trois ou quatre jours…, à condition de les
combattre dès leur apparition ! Sinon, il fallait poursuivre. Le traitement nous laissait de splendides traces rouges sur la peau pendant une ou deux semaines, mais cela n’inquiétait
personne. Autres temps, autres mœurs !


Et puis, il y eut le «Thermogène» : ce coton orange rendu célèbre par un diablotin qui crachait du feu dans les vitrines des pharmacies au
moment de Noël. Je l’ai connu à 16 ans durant mes premiers mois d’internat au lycée. Mes voisines de dortoir en avait dans leurs affaires et l’utilisaient discrètement le soir au coucher. Moi qui
n’avais rien pour me soigner, règlement oblige, je ne pouvais que  m’en remettre aux bons soins de l’infirmière. Je déchantai bien vite
quand elle m’appliqua deux sinapismes Rigollot et qu’elle les déplaça cinq à six fois jusqu’à épuisement de leur action. Ma première visite fut un tel supplice que je me promis de ne jamais
la renouveler ! Je me rapprochai alors de mes voisines qui, au vu des splendides rectangles rouges imprimées sur mon dos et ma poitrine, 
s’empressèrent de me renseigner sur les multiples avantages de l’ouate Thermogène. Après quelques essais très positifs, je l’adoptai définitivement et pour longtemps en remplacement des
cataplasmes. 


Mais ceci est un autre sujet qui sort du cadre des questions de votre message.


Une autre fois peut-être…



bluesy 22/02/2010 23:53


merci pour tous ces souvenirs... je me souviens aussi que je soulevais de temps en temps le coin du linge pour donner un peu de fraîcheur...


jackline :0059: 18/02/2010 00:06


Ben non, moi je ne m'en suis jamais servi..peut-être que quand j'étais petite, j'y ai eu droit, mais je ne m'en souviens pas...je sais que c'était efficace, mais la peau en prenait un sacré coup
quand même...bisous :0010: