De Dali à Lijiang

par bluesy  -  14 Août 2010, 20:32  -  #Voyage au Yunnan (Chine)

 

Nous quittons Dali et ses maisons blanches et décorées de l’ethnie bai pour rejoindre Lijiang par des routes de montagne. Notre chauffeur double parfois sans visibilité mais comme il avait klaxonné auparavant, nous ne risquons rien.

Sur la route de montagne, des paysans vendent des orchidées, des oiseaux sauvages et de longues plumes de faisan (ce sont celles qui ornent les coiffes des danseurs d’opéra ou des danses dongba). Toutes ces espèces sont protégées. Notre chauffeur téléphone (tout en conduisant) aux gendarmes et leur signaler le fait. Nous ne savons pas ce qu’il raconte mais la conversation dure, dure… Il s’arrête et recommence à téléphoner pour savoir si les gendarmes sont passés… Peut-être espère-t-il une récompense …

Nous visitons un village de sculpteurs sur bois (Tian). Les motifs sont sculptés finement , ajourés, c’est une véritable dentelle de bois. Les sculptures orneront des portes, des meubles.  Puis nous visitons une fabrique de stèles funéraires. Plus on est riche, plus elles sont imposantes. 

Nous nous arrêtons ensuite dans une fabrique de tuiles. Tout est noir, plein de poussière. Les gens qui travaillent doivent avoir des poumons dans un état ! Regardez bien, mesdames, ce sont les femmes qui portent les blocs de terre glaise. Cela doit faire un bon poids. Une autre femme, debout sur le tas de glaise, détaille les blocs avec un fil à couper le beurre. L’homme met les blocs dans la hotte et la deuxième femme porte le chargement un peu plus loin où un autre homme la décharge de son fardeau. Puis la femme repart en trottinant pour un autre chargement…

Dans un village, nous voyons des claies d’osier sur lesquelles sèchent de fines plaques jaunes de fromage.

Nous nous arrêtons dans un restaurant de campagne. Repas de racines et de viande de yack. C’est bon. Les singes, attirés par la nourriture, s’approchent mais nous nous tenons à distance car il paraît qu’ils sont belliqueux et ils sont gros.

Sur la route qui monte vers l’ensemble de temples rupestres du Mont Shibao (ou mont du Trésor de pierre), nous devons attendre un bon quart d’heure. Un énorme tas de terre barre la route, des ouvriers s’emploient à l’étaler pendant que d’autres, assis sur le talus, regardent et attendant. C’est la relève. Pas de raison qu’ils mettent la main à la pâte. Pour se faire repérer de loin, ils ont des casquettes orange.

Il est interdit de photographier sur le site du mont S

Les 16 grottes du Mont Shibao abritent 139 statues de Bouddhas et de rois.  Dans la grotte n°7, une statue de Guanyin (la déesse de la compassion), a la poitrine percée d’un trou symbolisant le don de sa personne pour sauver les êtres. La grotte n° 8 abrite le Trésor de pierre, une roche noire  évoquant un vagin que les femmes viennent toucher pour avoir un enfant.

hibao. Pour accéder aux sculptures de l’époque Tang, il faut descendre des marches dallées puis remonter.

Lijiang est formé de deux villes, la ville neuve qui me semble triste, les arbres sont poussiéreux, poussière de charbon peut-être, il n’a pas plu depuis longtemps. Notre hôtel se trouve dans la vieille ville, toute de routes pavées piétonnes. Nous devons marcher pendant ¼ d’heure avant d’arriver à l’hôtel. Un hôtel de charme, avec des cours et des dédales à se perdre.

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

nadette 16/08/2010 19:48



je visite je visite!! les toits sont typiques!!!


la bouffe je ne connais pas


nadette



anne marie 16/08/2010 11:58



je me régale vraiment à lire ce magnifique récit de voyage même si je dois en lire plusieurs épisodes à la fois :o)



bluesy 16/08/2010 12:51



et moi, je me régale à revivre ce voyage ... bonne journée !



zeliane 16/08/2010 09:34



ces pauvres femmes sont considérées comme des anes de bat ! !  nous sommes loin de tout celà nous qui nous plaignons encore de notre sort ! bonne journée



bluesy 16/08/2010 11:10



c'est vrai qu'on relativise quand on pense à la condition des femmes ailleurs ! et je pense qu'il y a pire que la condition des femmes chinoises



marie-noelle 16/08/2010 08:59



Les tuiles sont superbes, mais quelle vie de misère pour ces femmes.


Merci de partager ton voyage.



bluesy 16/08/2010 11:09



je ne sais pas combien elles pouvaient porter mais il y avait bien 5 blocs de terre et la terre c'est lourd !



lili 15/08/2010 09:50



Je me répète, mais j'ai vraiment l'impression que vous êtes restés un an dans ce pays ...  bon dimanche et bisous - il pleut des cordes ce matin - mes petits enfants arrivent pour une
dizaine de jours, j'espère qu'il ne va pas faire ce temps là .... 



bluesy 15/08/2010 18:56



j'aime bien les voyages où il y a beaucoup de visites, la plage et le spa, ce n'est pas ma tasse de thé...